Comment aborder un marché émergeant tel que la Turquie ?

Imprimer

L'économie turque toujours en croissance

 

L'économie turque maintient son dynamisme et ne connaît pas la crise ! Alors que la France a vu son PIB chuter de 8,3% en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19, la Turquie a su résister puisqu’elle a terminé l’année avec une croissance au troisième et au quatrième trimestre de 5,9%.

Seule la Chine a pu faire mieux.

D’ailleurs, le Fonds monétaire international prévoit  qu’elle va poursuivre sur sa lancée en 2021, avec une croissance estimée de 6%.

En Août 2021, le PIB (produit intérieur brut) a bondi de 21,7 % comparé aux trois mois précédents : son taux de croissance a été le plus énergique depuis l’année 1999.

La Turquie, considérée comme l'un des marchés en croissance les plus importants au monde, attire de plus en plus d'investisseurs. D’ailleurs, la plupart des multinationales ont placé leur siège social pour la région EMEA (Europe – Middle East – Africa) à Istanbul. Nous pouvons citer par exemple Microsoft, Coca-Cola, Pepsi, Siemens…

Souvent, les entreprises étrangères visent à recruter un profil local pour démarrer leur activité et explorer le marché turc. Le choix d’un profil local est le bon compromis car la Turquie demeure un pays oriental dans ses us et coutumes. Comme dit l’adage, il vaut mieux être « turc » pour vendre à un « turc ». 

Alors, une question juridique apparaît : sous quelle forme juridique le recruter ?

- Devons-nous créer une entité juridique locale ? Et gérer toute la partie comptable, administrative, juridique… tout en sachant que les documents sont en langue turque.

- Ou bien, devons-nous avoir recours à l’externalisation via le Portage Salarial en Turquie ?

 

Créer une entreprise ou externaliser via les solutions de portage salarial en Turquie ?

Dans cet article, nous allons explorer les avantages et les contraintes de chaque solution.

Première question à laquelle il faut répondre : quelle sera la taille de votre équipe locale ?

Plus votre équipe sera grande, plus vous devrez penser à créer votre propre entreprise. En effet, la création d’une société vous engage dans des frais de structure : comptabilité, secrétariat, administratif, juridique etc.

Pour les petites équipes, si vous êtes intéressés par une approche rentable, le portage salarial en Turquie est le bon compromis :

- Le prestataire de services local peut gérer le processus de recrutement

- Et en plus, il interviendra pour la gestion de la paie. 

Ce qui signifie :

- Signature du contrat de travail avec votre salarié

- Paiement des salaires / Paiement des impôts

- Location de voiture (si besoin)

- Traitement des dépenses (Mobile, frais de déplacement…) & indemnités (Assurance privée…)

Cette solution vous évite de créer une entité sur place.

 

Les obligations d’une entité locale versus le portage salarial en Turquie

Il suffit de découvrir les informations ci-dessous pour mieux comparer.

Si vous créez une entreprise, vous serez confrontés aux dépenses ci-dessous :

      - les frais d'établissement de la structure ainsi que les frais administratifs

      - frais mensuels incluant la comptabilité

      - coûts de location de bureau et d’obtention d’une adresse officielle (une domiciliation commerciale est également possible)

Ne pas oublier que la création d’une société entraîne immédiatement des tâches chronophages, surtout si votre effectif local est réduite:

• Suivi mensuel des missions comptables, fiscales, déclaration menées par la maison mère ainsi que votre salarié. Les autorités turques sont de plus en plus strictes à ce sujet.

• Etant donné que les déclarations sont en langue turque et que les lois locales sont revues  chaque année, votre employé passera beaucoup de son temps et d’énergie afin de cerner les subtilités fiscales. Même si c’est le rôle du comptable, votre salarié se devra d’être votre interface au quotidien.

• Vous serez amené à être en contact avec votre comptable assez souvent ==> n'oubliez pas que votre employé est un « employé » et non un « entrepreneur ». Cela signifie qu'il n'est pas habitué à gérer ce type de problématique. Par la suite, il devra traduire les informations techniques / financières à votre service comptable.

• Même si au départ, votre entreprise ne générera pas de chiffre d'affaires. Il y aura des déclarations mensuelles / trimestrielles et annuelles à éditer, des droits de timbre à payer ainsi que d’autres frais de comptabilité etc. Sans compter les autres petites tâches à suivre. Ce qui signifie une perte de temps pour votre employé qui ne pourra pas suffisamment se concentrer pour développer votre activité en Turquie et atteindre ses objectifs commerciaux.

• Aussi, si vous décidez d'arrêter votre projet en Turquie, votre entreprise doit être active pendant 12 mois. Concrètement, des frais de comptabilité devront être supportés durant cette période.

Pour l’ensemble de ces raisons, la plupart du temps, jusqu'à 5/6 salariés, l'externalisation via le portage salarial en Turquie est la solution la plus adaptée.

Au-delà, il est recommandé de s’orienter vers la création d’une société. Dans ce cas de figure, les démarches de création sont facilités car le processus est similaire aux pratiques des chambres de commerce en France.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.